Du génogramme filiatif au génogramme imaginaire.

Dominique Mérigot et Judith Ollié-Dressayre
Médecine & Hygiène | Thérapie Familiale 2005/3 – Vol. 26
pages 259 à 269 ISSN 0250-4952

Résumé :

Du génogramme filiatif au génogramme imaginaire. – Le génogramme filiatif initié par Bowen est une représentation subjective de la famille de l’état civil qui nous enracine. Le génogramme imaginaire propose que soit représentée la façon dont nous projetons et transformons en permanence sur ceux qui nous entourent l’empreinte de notre histoire et de nos configurations familiales. Il nous révèle la manière dont nous nous construisons au quotidien une «famille d’affiliation» parmi les personnes de notre entourage, qu’elles soient vivantes ou mortes, qu’il s’agisse d’amis, de collègues de travail ou de membres de la famille d’origine. Il redonne ainsi à chacun sa responsabilité dans ce qui est conservé vivant ou au contraire «résilié» de son histoire familiale. Nous en donnons d’abord le protocole d’élaboration, puis un exemple tiré de son utilisation en thérapie de famille, enfin son adaptation en analyse des pratiques.