Les élèves présentant des troubles d’apprentissage.

Le contexte actuel :

Nous constatons combien les chercheurs -1 , 2, 3, 4 5- et médias s’entendent à faire le constat d’une école à bout de souffle et nous battons des records d’enfants en échec scolaire. Notre exception française, forte et fière de ses bêtises, persiste à maltraiter nos jeunes en difficultés d’apprentissage, les « dys », les non « dys », et les jeunes enseignants non formés en pédagogie, sélectionnés non pas par leur aptitude à transmettre, mais par leur aptitude à ingurgiter et recracher un savoir, en vrac, sur une copie d’examen.

Notre système éducatif est devenu fou, emballé par le camouflage et l’hystérie d’une société pressée, pressante, stressante et malveillante pour des jeunes cerveaux d’Homo Sapiens Sapiens, eux qui sont inchangés depuis des millénaires. En retour, ce mode de fonctionnement machiavélique rend inapte au quotidien un grand nombre d’adultes meurtris à vie, ce qui coûte une fortune à la collectivité et ruine l’avenir de toute une société.

Maints témoignages, poignants de souffrance et d’un gâchis inacceptable, racontent une jeunesse sacrifiée à la non-formation et à la désinformation d’institutions complètement inadaptées à leurs missions premières, sourdes à toute évolution scientifique, ne se remettant pas en question face à la poussée inexorable mondiale des cours particuliers.

Pourtant, nous savons qu’avec une prise en charge adéquate (non pas forcément coûteuse, loin de là…), une pédagogie différenciée, des activités ludiques, sportives, variées et ciblées, nous améliorons formidablement les possibilités d’apprentissage de nos jeunes. Et nous pouvons les rendre heureux !

« Punitions et sanctions existent en Finlande. Mais on y a recours avec une extrême parcimonie. Les problèmes de discipline, lorsqu’ils se présentent, sont réglés principalement par la discussion et l’explication. Même dans des contextes délicats, comparables à ceux de certaines ZEP françaises, on ramène les élèves agités au calme, sans élever la voix, sans menace, mais avec douceur et patience. !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Car pour les Finlandais, les problèmes de comportement sont avant tout des problèmes d’apprentissage qui ont une solution pédagogique. Les élèves difficiles sont, avant tout, des élèves en difficulté scolaire. Qu’on leur apporte l’aide et les encouragements dont ils ont besoin, et, dans la plupart des cas, tout rentre dans l’ordre -7.- »

Une équipe pluridisciplinaire (alliant graphothérapeutes, orthophonistes, moniteurs sportifs et pédagogues de terrain) réunie pour des camps de vacances innovant depuis 2011 prouve, qu’il existe des solutions. Encore faut-il se donner la peine de les appliquer…