TYPOLOGIE

Thérapie :

Une psychothérapie commence toujours par une nécessité et finit souvent dans la liberté

Le temps n’est pas si loin où l’on osait à peine parler de difficulté personnelle et encore moins de maladie mentale. On chuchotait à peine qu’une personne souffrait de dépression, d’angoisse et on avouait avec un sentiment de honte avoir consulté un psychologue ou un psychiatre. Dans ce contexte, les prises en charge étaient rares et les pathologies s’installaient jusqu’à devenir chroniques.
Le monde bouge, il arrive à tout un chacun d’être confronté à des difficultés d’ordre psychologique, physique, contextuel qui amène le sujet à focaliser et perdre le cap, le sens de la vie.
Il n’y a à proprement parler pas de bonne ou mauvaise raison de consulter. L’élément déclencheur d’une consultation diffère des attentes.
Il existe plusieurs techniques (symbolisation par la parole, TCC, hypnose, remédiation cognitive, art-thérapie…) qui servent des formes de thérapies.

Bilan affectif enfant et adulte :

Rarement demandé en tant que tel, il devrait pourtant constitué le préambule de tout bilan. Il s’agit d’une exploration clinique de la personnalité qui contrebalance les tests en lien avec les apprentissages scolaires et dont les résultats sont parcellaires, notamment du fait de l’éloignement avec la vie de famille.

Le bilan passe par l’examen clinique de face à face et s’appuie sur les épreuves projectives telles que le Rorschach D10, AT9, Patte noire, TAT, test de la famille, de l’arbre, du bonhomme. Les épreuves de dessin s’éloignent des représentations imposées des images de la TV et des jeux vidéo, à ce titre, elles sont des créations, aire de jeu entre le réel et l’imaginaire,  impliquant la totalité de la personnalité.  Les analyses de dessins se réfèrent au bagage théorique du praticien notamment en termes de stades de développement de l’enfant.

Le bilan affectif s’effectue sur 3 à 4 séances pour un forfait de 200 Euros